Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
quinqua sympa tralala

quinqua sympa tralala

lifestyle plus de 40 ans et QUINQUA DYNAMIQUE

une maladie honteuse

une maladie honteuse

Il y a de ces choses dont on ne parle pas, qui font peur, qui éloigne, qui dégoute mème.CETTE MALADIE QUI ISOLE

Il est 8h , elle commence le boulot à 8h30. Elle attends que la supérette ouvre, le regarde du caissier(ère), elle s'en fout, il la connait, il a surement pitié d'elle, elle s'en fout, elle a froid, elle s'en fout, elle va etre en retard si la vieille devant, elle qui a toute la journée pour acheter sa tranche de jambon,veut passer toute sa petite monnaie.......

Purée, 8h20, elle aura pas le temps de passer aux toilettes avant que le patron arrive.Faut transvaser l'achat et le planquer au fond du tiroir du bas, le seul qui ferme à clef.

8H30, OUIOUI.Tout est rangé,elle peut se remettre à respirer, la porte claque, la journée débute comme toutes les autres; une petite gorgée, une deuxième pour pouvoir commencer à sourire, à tricher, à jouer un rôle, à se transformer en montre, en loque, en rien. ELLE n'est plus rien depuis si longtemps, elle a mal tout le temps, elle ne se souvient pas quand ça a basculé, elle sait qu'elle tisse elle même son linceul, ELLE S"EN FOUT.elle n-y peut plus rien, elle est trop loin, trop profond.

Amidi, elle ne mangera rien, elle a utilisé l"argent du déjeuner pour son achat quotidien comme tous les jours.Elle s'en fout, elle a CE qui lui faut.Elle va mourir, elle s'en fout......Elle est incapable de vivre sans, elle est malade sans, elle est malade avec. Elle vomit, elle en reprend.Elle souffre de cette torture infinie, son mari et ses enfants la haïsse, elle le sait, elle mourra seule et honteuse sur un banc glaçé avec ses chewing gums à la menthe dans la poche

Elle fait semblant de croire que personne ne sait (collègues, mari, enfants)

Elle sait qu'elle risque de se faire virer, Elle s'en fout, elle attend, elle ne sait pas quoi.Elle pense à en finir parfois, seule la pensée de ses enfants la retient car elle sait qu'elle ne s'en sortira pas.Elle prie souvent un dieu qui prendrait pitié d'elle, un miracle, quelque chose, quoi.........

Et bien ce quelque chose, ça sera un AVC (elle se réveille à l'hopital, elle n'a pas peur, elle est contente, c'est enfin fini, elle ne marchera peut etre plus, c'est sa punition) ELLE S'EN FOUT

une maladie honteuse
une maladie honteuse

7 mois et demi d'hopital, oui, c'était dur mais rien, comparé à avant sous l'emprise de la DivineMaléfique.Elle sort en boitillant mais elle marche, elle est légère, elle peut enfin regarder les gens en face car elle est malade mais d'une saine maladie, elle n'a plus honte. Enfin si un peu quand les gens regardent curieusement sa jambe gauche qui traine un peu.Mais elle n'a plus honte, plus mal, plus peur......

une maladie honteuse
une maladie honteuse
une maladie honteuse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chantou 16/02/2017 17:09

Alors si l'idée est de glâner, je vais compléter mon commentaire de 2016.... mon père était donc alcoolique et je dirais qu'il n'a pas eu la chance ou plutôt une chance de s'en sortir, en fait l'AVC aura été pour vous le déclic, le révélateur. Mon père vivait dans le déni, il prenait son état pour "celui d'un bon vivant", mais au final, il n'y avait que lui qui vivait bien, puisque nous, ses 3 enfants étions terrorisés, honteux de son comportement, ma mère en a fait les frais puisqu'il l'a battu très souvent... et puis il y a eu la séparation que j'ai vécu comme une délivrance: il quittait enfin le domicile familial, mais le mal était fait, ma mère a fait une dépression, elle préfèrait encore les 25ans de mariage catastrophique plutôt que le départ de son mari, qu'elle aimait j'imagine...
Mes frères ont alors eu aussi quitté la maison, il ne supportait plus la dépression de ma mère. Je ne supportais pas non plus, mais j'étais la fille et j'étais mineure donc je suis restée et après les scènes de mon père, ses insultes, j'ai subit la dépression de ma mère, jusqu'à ce qu'un gentil garçon qui passait par là, m'a aimé, je ne l'aimais pas, mais mon père et ma mère ne m'ont jamais aimé alors je trouvais l'amour de garçon "gratifiant", je me suis mariée sans amour et j'ai eu mon 1er fils à l'âge de 19 ans...
Puis mon père est réapparu dans ma vie, des années plus tard, il disait regretter et j'ai pardonné à ce père que je n'avais finalement jamais cessé d'aimer... j'ai été sa "femme de ménage" durant ses dernières années de vie, il m'appelait sa Puce et ça me suffisait pour être heureuse...
C'est moi qui ai découvert son corps, alors que j'allais lui apporter ses courses. j'ai pleuré comme jamais. j'ai pleuré sur ce que j'aurais aimé qui soit, sur ce qui n'a pas été et j'ai pleuré sur son propre malheur: lui non plus n'a pas été très heureux, ses potes ils étaient au bistrot, c'est pour ça qu'il y allait et aussi pour éviter ma mère, car la situation dans ma tête c'est inversé, j'ai compris maintenant qu'elle avait le fond méchant, mon père lui, était plutôt faible... d'où son addiction à l'alcool, il ne trouvait d'autre moyen...
je termine en disant, que nous continuons de "souffrir " de cette enfance gâchée mes frères et moi, et c'est une lutte continuelle, non pas pour ne pas boire, on a l'alcool en horreur, mais pour être parent, adulte, nous n'avons eu que de mauvais exemple, et nous avons dû faire par "nous -mêmes", l'exemple parental étant à proscrire...
Je suis maintenant la "femme de ménage " de ma mère qui a 83ans et est très diminuée depuis un AVC en 2009
Je ne pense pas pleurer quand "elle partira"... il y a eu trop de mal

florence monneron 16/02/2017 18:15

oh, ma chérie ton long commentaire m'a beaucoup émue et me fait culpabiliser , même si je ne dois pas!!!!
je te fais des milliards de bisous doux et tendrement amicaux

chantou 16/02/2017 08:26

Oh, une réédition :) juin 2016.....le même article et ...je rajouterais les mêmes commentaires
belle journée Florence et vous toutes

florence monneron 16/02/2017 09:49

oui, c'est une rediffusion(!!!) car j'ai dans l'idée de faire un livre de ce sujet, donc je glane des choses de ci de là!!!!! merçi Chantou

marie-anne 16/02/2017 08:17

Comment ne pas comprendre cette maladie ! Elle touche dans beaucoup de familles, mon père en était atteint et rien ne lui a donné la force de guérir. Bravo pour ce courage ! Continuez sur ce chemin vous êtes jeune et forte.

florence monneron 16/02/2017 09:50

merçi Marie Anne de votre compréhension et de votre non-jugement. bisous

Quinca-Labellevie 16/02/2017 07:12

Je rejoins France ,sur le fait que l'on ne boit pas sans raison .
Tu n'étais visiblement épaulée par personne , tu n'as pas à avoir honte.
Quand on touche le fond , on fini toujours par remonter , tu t'en sors plutot bien.
La maladie , t'as permi de rebondir , tu t'es prises en main, tu es coquette , tu as ton blog et une très jolie plume .
Je te tire mon chapeau ( je vois que tu les aime )
Belle journée Florence
Gros bisous

florence monneron 16/02/2017 09:52

merci de ce joli commentaire. Cam'a fait beaucoup de bien car maintenant, j'en parle plus facilement en face à face.
le blog, une thérapie;oui oui oui.
bisous

fanfan 16/02/2017 01:07

Une main tendue pour te sortir de cet enfer aurait été préférable .j'admire ton courage pour ce témoignage,
bisous , prends soin de toi
Francine

florence monneron 16/02/2017 09:52

merçiet bisous

France 15/02/2017 18:03

j'ai cotoyé vu ma profession de nombreuses femmes alcooliques : on ne boit pas sans raison il y a toujours une cause, un pied sur la première marche qui descend dans les profondeurs, vers le néant. Honteuse ? , il n'y a pas de maladie honteuse, comment peut on aider et soigner si on a honte de ce que ces personnes représentent ?
Pour se soigner il faut qu'ils passent par des souffrances, comme d'autres malades, des incertitudes, des angoisses.
Tu as vaincu ta maladie peut être gràce à une autre et je te dis bravo

florence monneron 16/02/2017 09:54

merçi ma FIDELE AMIE. BISOUS
Je réfléchis depuis longtemps à en faire un livre mais je ne sais pas par quel bout commencer!!!!

jai50ans 03/06/2016 18:47

Mon père était alcoolique et j'ai une aversion terrible pour ce fléau qui saccage des familles. On prend en compte la maladie mais pas les dégâts causés aux proches. Il avait arrêté de boire ses 10 dernières années et on a enfin pu avoir une relation normale.
Mais je comprends ta détresse et l'engrenage dans lequel tu t'étais mise. Je suis émerveillée par ton courage, d'oser le raconter, d'oser en parler pour donner la force à d'autres personnes d'arrêter avant que le corps t'y oblige.
Je te souhaite une belle vie pour toi et tes proches maintenant que tu as surmonté le problème.
N'hésites pas à partager sur ton blog tous tes ressentis, ça va te faire un bien fou.
Bises

florence monneron 03/06/2016 20:00

tu es adorable de me comprendre malgré ton vécu, ça me touche encore plus.
je t'embrasse fort fort

Beatrice 02/06/2016 22:34

Bonsoir florence,
Je te trouve tellement courageuse !
Heureusement, maintenant que tu as terminé cette horrible "traversée du désert" tu peux enfin profiter de la vie .
Bisous et bonne soirée !

florence monneron 03/06/2016 07:23

je ne sais pas si c'est du courage, en tout cas, c'est fort douloureux!!!!!
C'est vrai quemaintenant, je vuis plus légèrement, la vie m'imressionne moins mais cet article m"a beau coup remué. Les commentaires sont heureusement tous gentils sauf un qui est dur mais vrai et surtout doulouteux car il parle des incidences sur les enfants bidous

Pimprenelle 02/06/2016 20:27

Bravo Florence ! Il faut absolument que tu écrives ! Tú as une très belle plume, j'ai adoré ! Ôn a toute notre parcours, nos blessures êt peu de gens osent dévoiler ces fêlures ! Ôn est dans le monde du "tout va bien, je vais bien!" Êt peu osé dire la vérité ! Je te respecte êt te soutiens pleinement dans ce cheminement ! Encore bravo ma belle et surtout ne lache pas ton stylo, Tú as un réel talent !

florence monneron 03/06/2016 07:47

et merde !!! je retape ma réponse, j'ai du faire une mauvaise manip,elle a disparue:
jz disais donc,je te remerçie de ta gentillesse..Je me doutais que tu étais uelqu'un de bien!!!! j'aime ton blog, la légèreté les fringues qui font envie mais j'adore tes articles plus écrits; la dépression, l"amour infini pour ton homme.Moi, je suis une éponge(tout amalgame avec mon article derait mal venu!!!hihihi), je suis un être d"émotions.
je t'embrasse fort ma jolie valérie

chantou 02/06/2016 09:30

J'ai eu d'abord un peu de mal à identifier la maladie puisqu'elle est suggérée et non citée, mais c'est suffisamment clair, j'ai ressenti des frissons à la lecture puis un autre sentiment "en toute situation", il y a son revers, vu de votre côté il est émouvant et ça se ressent dans les commentaires. Le revers? Ceux qui partagent la vie d'un alcoolique, j'ai été fille d'alcoolique et je peux vous assurer que mes souvenirs d'enfance, ne sont que douleurs. Peut-on d'ailleurs parler d'enfance quand le quotidien se vit dans la peur? Trop d'images glauques, trop de promesses non tenues pour "cause de maladie..." toutes ces occasions qui devaient être fêtes et qui ont été annulées pour "cause de maladie", les soirées de Noël gâchées, les attentes derrière la fenêtre pour savoir s'il marcherait droit, s'il allait frapper ma mère, si les voisins interviendraient, ce n'est qu'une partie du revers. Je ne vous juge pas, je pense que derrière chaque verre de trop, il y a une souffrance, mais cette souffrance est aussi pour les autres, qui subissent et les enfants n'ont pas à vivre ça. Votre AVC, vous a sauvé, c'est une chance dans votre malheur, si l'on peut dire, ne portez pas les stigmates comme on porte une croix mais remerciez la vie, de cette deuxième chance.

jai50ans 03/06/2016 18:49

Chatou j'ai l'impression que tu racontes mon enfance !

florence monneron 02/06/2016 09:52

ah ben Chantou, vous appuyez justement là ou ça fait mal: les enfants.Je n'ai jamais été violente et j'ai toujours étée élégante et maquillée mais je sais que je n'ai pas été assez peésente par l'esprit et c'est ça ma croix.Non, je ne prononce pas le mot d'alcolisme pour que les gens lisent l'article sans partie pris!!!